Savoir-faire

Depuis 150 ans, les savoir-faire traditionnels se sont enrichis de nouvelles techniques. Tout en conservant lʼaspect naturel et le caractère dʼun cuir authentique, notre outil de production offre aujourdʼhui une capacité industrielle en mesure de répondre aux exigences quantitatives et qualitatives des plus grandes marques françaises et internationales.

Un process artisanal, au service d’une production industrielle

Le process ci-après décrit l’ensemble des opérations de transformation de la peau en cuir. Les Tanneries Dupire commencent leur travail au stade du corroyage-finissage par le triage des peaux en wet blue, donc déjà tannées. 

Le travail de rivière

La peau brute, soigneusement sélectionnée pour ses qualités, est préparée au tannage :

  • La “trempe” a pour but de déshumidifier la peau, reçue salée pour sa conservation.
  • “épilage-pelanage” consiste à éliminer les poils et lʼépiderme, par frottement ou rinçage.
  • “écharnage” enlève mécaniquement les restes de chair et de graisse.
  • Le “déchaulage” complète le travail de rivière en neutralisant la peau.

Le tannage

Le tannage est lʼopération destinée à transformer la peau en cuir par une solution dʼagents tannants pour la rendre imputrescible. Le type de tanins utilisés (sels de chrome ou tanins végétaux) caractérise le cuir obtenu.

Le triage des peaux

Toutes les peaux sont triées selon des critères très précis en vue de leur orientation vers la réalisation dʼun produit fini dont les caractéristiques sont définies dans un cahier des charges.

Les opérations du secteur humide

  • La scie : mise à lʼépaisseur du cuir. Cette action générera une croûte de cuir plus ou moins épaisse en fonction de lʼépaisseur de la partie supérieure dite « Pleine Fleur ».
  • Le “dérayage” permet dʼaffiner lʼépaisseur des fleurs et des croûtes.
  • La teinture : mise à la teinte des cuirs dans les bains des foulons.
  • Le retannage : opération en humide au cœur du cuir qui consiste à donner les caractéristiques physiques de la peau comme la fermeté, la souplesse, la rondeur ou la nervosité du cuir.
  • Le “séchage” est effectué par circulation dʼair chaud dans des séchoirs ou sous vide.
  • Le “ponçage” permet dʼobtenir des cuirs velours, nubucks ou fleurs corrigées.
  • Le “corroyage” : opérations mécaniques en vue de préparer les peaux aux étapes ultimes de finissage.

Le finissage 

Cette ultime étape consiste en une multitude dʼopérations sur le côté fleur du cuir en vue de lui donner toutes les caractéristiques définies par les clients dans leurs cahiers des charges. Ces opérations peuvent être visibles comme la brillance ou la matité, le deux tons ou le plein ton, ou palpables comme la main souple ou ferme, ou le toucher cire, gras ou bougie.

Mais il y a aussi les opérations non “visibles” qui consistent en des applications incolores sur la surface du cuir pour lui permettre de passer les différents tests comme la migration couleur ou lʼabrasion.

  • Le “finissage” est réalisé soit par pulvérisation (on parle de pistoletage), soit au cylindre (application à la “peluche”).
  • Le “grainage”, qui consiste à plaquer le cuir, permet de représenter une infinité de motifs dont le visuel illustre un aspect homogène sur lʼensemble de la peau.